Journée 36

SAMEDI 11 AOUT :     

Val d’Ingles – Col de Porte-Puymorens

                           7 h 45   – 17 h  15

 

           …Les bords de torrent fleuris dans les rochers, c’est joli mais ça laisse peu de place au confort, et ce bivouac ressemble étrangement au précédent : jouxtant le sentier, en plan incliné et de plus, entouré par les buissons ; En prime nous avons le droit à une tente bien humide et des affaires non sèches…ou bien trempées (duvet, matelas) conjonction de la condensation et de l’humidité ambiante ; Mais tout ceci est bien vite oublié avec la promesse d’une belle journée ensoleillée inaugurée par un grand ciel bleu.

L’atmosphère de ce début de journée est d’une tonalité sereine, paisible, à l’image de l’estany de Baix où quelques grenouilles dérangent ponctuellement la douce torpeur d’une matinée d’été en montagne…

Le Port Dret annonce le début d’une longue ligne droite en crête vers le Port d’Envalira ; Nous croisons un jeune homme, le pas rapide, chargé d’un gros sac à dos et de deux sacs à la main,  le tout bien empaqueté, puis, quelques instants plus tard deux autres jeunes hommes tout autant chargés, nous esquivant tout aussi rapidement ; je pensais à d’éventuels saisonniers embauchés pour ravitailler les refuges dans une zone définie, lorsqu’un peu plus loin sur la piste, je distingue une voiture arrêté d’où sortent pareillement et rapidement, trois jeunes Maghrébins qui s’éloignent aussitôt de la voiture avec des chargements identiques…Voiture qui de plus près est une Audi A4 immatriculé « 66 » conduite par deux hommes Maghrébins…Bon sang ! Mais bien sûr ! , Ce n’est pas l’approvisionnement des refuges qui est en cours, mais celui de consommateurs à la recherche de substances illicites…Et ce n’est pas un petit trafic, vu les quantités chargés sur les sacs à dos !

Nous vérifions sur la carte : un GR descend directement de la crête pour arriver plus bas, juste quelques mètres après le poste de douane du Pas de la Case !

Descente en essayant de couper quelques lacets vers un temple de la consommation moderne : La station du Pas de la Case, itinéraire obligé pour ravitailler…A l’entrée, et au hasard nous prenons une petite route sur la droite qui nous amène pile devant un petite supérette « spar », juste ce que nous souhaitions pour éviter les magasins sur-fréquentés aux étalages infinis de bouteilles d’alcool, de chips et de lessives-pas-chères !…Une bonne étoile nous accompagne…

Les emplettes sont vite faites ; Le gérant, jovial échange quelques mots :

  • « Vous arrivez d’où ? »
  • « …Du Port d’Envalira, et nous continuons en direction de Font-Romeu ; Nous traversons les Pyrénées… »
  • « Ah ! Vous avez pris le chemin des contrebandiers ! » rétorque-t-il avec un grand sourire…

… N’y aurait-il que les douaniers à ignorer le chemin de contrebande ??

 

Autre avantage à poursuivre notre déambulation au Pas de la Case, je trouve une veste polaire tout à fait adaptée pour la suite de la HRP. Notre tenue vestimentaire et nos bâtons tranchent singulièrement avec le commun des passants ce qui nous attire quelques remarques : Un jeune père en famille dans un square, me demande si des chemins existent pour aller marcher dans la montagne ; Lorsque j’acquiesce et lui dit que nous allons à Banyuls, il semble ne pas y croire ; Un automobiliste lâche son volant pour nous applaudir ; Un autre, encore, nous lance depuis une terrasse de café « Vous n’êtes pas encore à Banyuls ! »

…Non, en effet ! , mais nous nous dépêchons d’en prendre la direction pour retrouver un espace de silence et de quiétude…

L’après-midi, nous suivons longuement un sentier de pâturage et retrouvons, par là même, les troupeaux de vaches, en direction du col de Puymorens. La chaleur se fait plus forte et une halte toilette-lessive en bord de torrent repose les organismes et permet, de surcroît, de rattraper le retard en la matière !   Passage devant des anciens bâtiments de mine à l’abandon puis, arrêt peu avant le col de Puymorens, pour un bivouac, enfin spacieux et au sec, sur un plat herbeux de pâturages…Quelques sons mêlés de clochettes de chevaux et de vaches accompagnent notre endormissement pour un repos mérité avant la rude montée du Carlit le lendemain …

Journée 36

par | Avr 20, 2020

Les cartes IGN