Journée 35

VENDREDI 10 AOUT :     

Cabane Pleta Serrera – Val d’Ingles 

                           7 h 40   – 17 h  

 

           Les premières lueurs du jour s’ouvrent sur un plafond nuageux assez haut montant de la vallée. La pluie est passée et nous sommes impatients de reprendre notre cheminement. Nous laissons rapidement la place à nos voisins gallois qui ont dormi en bordure de la cabane et viennent se réchauffer quelques minutes tout en déjeunant. Cap sur le collada dels Meners (col de la mine) 2719m, où pendant un bon moment les nuages ont la bonne idée de s’élever au rythme de notre progression…Un panneau « mirador » qui ne mène nulle part et plusieurs treillis de cordage soigneusement arrimés en bordure de sentier occupent notre réflexion…

Les nuages et le vent froid nous rattrapent au col et la pause est de courte durée. Etant sur le GR 11 nous croisons quelques randonneurs ; Les nuages s’estompant peu à peu, nous retrouvons un peu plus bas un paysage de sapinière et plus en contrebas, de larges vues sur la station andorrane de Soldeu et sur le vallon d’inclès. A mi-chemin, arrêt -qui va s’avérer judicieux – à la cabane de Jan dont nous voyons sortir un cheval ! Illusion due à la séparation de cette cabane en deux parties égales, avec un côté box et un côté abri sommaire. Une carte d’Andorre des sentiers de randonnée affichée au mur attire notre attention : le tracé du HRP n’y apparait plus ! …et, effectivement, très vite, dans la traversée en direction du coll de Clot de Sord, tout repère disparait…S’engage alors une traversée 100% HRP Véron – sentes et cairns disparaissant aussi vite qu’ils apparaissent – au jugé et au GPS, nous frayant un chemin entre rhododendrons, fougères, sapins et monticules herbeux, pour, enfin atteindre le fameux col, invisible jusqu’aux derniers mètres…Nous apprécions le commentaire de Véron en la circonstance : « …la montée finale entre les rhododendrons se fait au jugé, mais est facile. ». La vue sur le lac depuis le col, nous permet de l’atteindre, enfin, vers 13H30 et de faire une pause méritée.

 

Les mêmes difficultés d’orientation se reproduisent dès l’entame de la descente vers le Val d’Inclès avec l’absence de repères fiables ; Nous finissons par rejoindre un sentier bien balisé qui descend tranquillement entre les pins, évitant ainsi la méthode Véron ! : « …Plonger schuss dans un des petits vallons dont le fond herbeux est praticable, puis, à travers les prairies, joindre la petite route… ». Nous apprécions aussi sa conclusion : « Belle étape, classique, sans aucune difficulté par beau temps » !!!

Petit moment de surprise au moment de mettre le pied sur la route goudronnée : Nous croisons des navettes électriques amenant des touristes, pantalons blancs et visages halés, en fond de vallée vers un complexe touristique très aménagé… l’environnement est de type résidentiel avec des chalets de standing rénovés ; Pas très « HRP » l’ambiance, sur le coup !

Nous reprenons aussi rapidement que possible un chemin longeant le torrent pour nous fondre à nouveau dans la végétation fleurie et tenter de trouver dans ce fouillis végétal un endroit plat de bivouac à l’abri des regards…Nous devrons nous contenter, cette fois, du minimum syndical.

Journée 35

par | Avr 20, 2020