Journée 21

MARDI 18 JUILLET :     

Col d’Ordiceto – Refuge de la Soula

                           7 h 40  – 18 h 30   

 

                         Miracle ! Ce matin le mal aux dents a disparu…probablement une inflammation passagère de la gencive dû au séjour prolongé en altitude. Je suis soulagé et le moral repart au plus haut. Pour ce qui est du bulletin météo, Le ciel, voilé en début de journée va ensuite s’éclaircir, les nuages couvrant le ciel par intermittence

La descente progressive en direction du refuge de Viados est très agréable ; Les pâturages et les prairies fleuries alternant avec les sous-bois de sapins reprennent progressivement place dans notre paysage visuel ; Quelques isards apparaissent ça et là…Effectuant une rotation pédestre autour du massif des Posets, nous avons tout loisir de le contempler sous ses différentes facettes. Nous arrivons sur le très beau site des granges et du refuge de Viados, l’occasion de prendre quelques infos Météo avec le sentiment que nous avons, sans doute, presque épuisé notre « quota soleil »… 

 

          Effectivement, les nouvelles données par la gardienne du refuge ne sont pas excellentes : Globalement une petite période de mauvais temps se prépare pour les prochains jours…Reste à savoir où et quand exactement ?  Pour le moment, le ciel est plutôt bien dégagé et l’atmosphère toujours chaude ; Nous nous engageons sur un sentier en balcon suivant la vallée d’Anescruzes, sentier plutôt fréquenté ( GR 11 et tour du massif des Posets) ; Arrêt à la cabane du même nom pour la pause repas puis montée sévère, dans les cailloux et les pierriers en direction du port d’Aygues-Tortes ; En début de montée nous croisons un écossais jouant de la cornemuse tandis que sa compagne, rouge écarlate prend un bain de soleil en monokini…l’été bat son plein !

          Successivement nous rencontrons un couple qui effectue le HRP en son entier en coupant périodiquement avec des jours de repos, puis un « solo » enseignant qui, lui, a fait le choix du GR 11.

           Au port, le temps devient légèrement brumeux et le soleil nous cache en partie le pic Schrader tout proche. C’est la descente vers le vallon d’Aygues-tortes, vallon emprunt de la solitude des grands espaces ouverts ; Pas d’âme qui vive à part deux jeunes randonneurs ayant fait halte à la cabane bien aménagée de Prat caseneuve ; Beaucoup plus riante, variée et harmonieuse avec ses sapins, ses rochers et ses petits filets d’eau tumultueux, se présente la dernière partie le long de la neste de Clarabide et l’approche du refuge de la Soula. L’heure tourne…Nous accélérons l’allure, ayant hâte d’arriver.

           La journée de marche à été longue et les petites douleurs diverses commencent à se manifester  (mal au dos, aux orteils, courbatures…) mais le moral reste au beau fixe et nous voulons arriver jusqu’au refuge pour tenter d’avoir de nouvelles informations météo, plus précises, sur la journée du lendemain qui s’annonce incertaine…Arrivé à 18h30 nous n’obtenons rien de plus que l’indication « risque orageux » ce qui n’informe de rien !

          Nous prenons la décision de nous lever tôt le lendemain (5h) pour se donner le maximum de chances sur le secteur de haute montagne qui se présente avec la traversée des Gourgs blancs. Nous plantons la tente juste au dessus du refuge.

 Le lendemain, au réveil, le temps parait calme et le ciel plutôt dégagé même si l’horizon vers le lac Caillauas est déjà bouché par les nuages. Cependant, à mesure que nous engageons la montée vers le lac, le vent se renforce et une fine pluie s’invite par intermittence ; Arrivée au lac nous restons longuement à scruter le ciel qui ne se dégage pas et le vent qui ne faiblit pas, avec de fortes rafales ; Trop risqué pour le passage du col des Gourgs blancs à 2900 mètre ! Nous prenons la décision de redescendre et d’attendre une journée avec le refuge à proximité (repas chaud et sieste !).

           

Journée 21

par | Avr 17, 2020