Episode 2 : Caillou de Soc – Port de la Bonaigua 

          …C’est tout aussi impatient et excités de continuer notre périple que nous nous retrouvons à nouveau, Thierry et moi le lundi 10 juillet à Agen.  Satisfait de notre organisation et du déroulement de la randonnée l’année dernière, peu de questions se sont présentées à nous ; La principale interrogation tournait autour de l’utilisation piolet-crampons dans cette portion centrale de la traversée qui peut s’avérer nécessaire notamment, d’après les infos glanées, au niveau du col inférieur de Litérole, col approchant les 3000m peu après le refuge du Portillon et dont le passage peut se faire, selon la période et les conditions météo, en neige dure. Toujours soucieux de maintenir le poids du sac à dos à un niveau raisonnable pour nous (autour de 15 kg max.) et s’appuyant sur des prévisions météo clémentes, nous optons pour une paire de crampons en alu  léger (500gr), pas de piolet et une corde de 10m pour la sécurité. Choix qui sera gagnant….

          Nous avons également découvert le confort du pèse-sac ! Petit objet qui n’a l’air de rien, mais qui nous a évité chaque jour (voire plusieurs fois dans la journée au rythme de l’écoulement des vivres) de recalculer  savamment le poids de chaque aliment pour conserver une égalité rigoureuse du poids de chaque sac à dos ! Ce qui parfois pouvait prendre plusieurs minutes  …Le bonheur tient parfois à un fil !

          L’autre problème majeur dans cette portion centrale des Pyrénées est celui du ravitaillement ; Nous avions opté pour l’entrepôt de quelques vivres dans des sacs plastiques au niveau de deux endroits : A l’hospice de Vielha, juste après la sortie du tunnel et, deux étapes après, au port de la Bonaigua. Finalement, ayant été dans l’obligation de raccourcir de deux étapes notre projet initial pour des questions de calendrier, une seule cache de nourriture sera nécessaire ce qui nous permettra de l’entreposer la veille du départ sans avoir besoin de faire un trajet voiture exprès pour cela.  Là encore, opportunité gagnante, puisque le départ de notre périple coïncidera avec l’arrivée d’une semaine entière de très beau temps, très stable,  sans aucun orage !…Le rêve, on vous dit !

  

          Donc, la journée du 10 juillet aura pris la forme d’un mini-rallye voiture : départ à deux voitures d’Agen, 1ère halte au tunnel de Vielha pour la cache, 2ème halte au port de Bonaigua pour laisser la voiture de l’arrivée, 3ème halte à la gare de Montréjeau pour laisser l’autre voiture…et enfin halte au sympathique camping de Montréjeau pour la nuit précédent le départ où nous accueille avec un grand sourire, vers 19 h, la gérante des lieux qui se remet à peine de voir arriver avec enthousiasme et d’un pas décidé, deux hommes « à l’allure sportive » ( on exagère rien !) dans son camping très calme…Nous confirmons, en suivant, son intuition : nous n’y passerons que la nuit….

           Dans le chapitre (petite) déception- mais c’est bien peu au regard de l’intensité des moments vécus- la nouvelle tente Mc Kinley sensé être le dernier modèle dans la lignée de la précédente mais qui dans la pratique est moins haute, plus étroite (notamment le auvent de l’entrée) et dont le double toit ne reste pas tendu ! Résultats des contorsions épouvantables pour l’habillement et le déshabillement et l’assurance de prendre presque à chaque mouvement, l’humidité de la toile…Tout cela pour gagner quelques grammes (et quelques euros pour Mc Kinley !) .Nous avons fini par nous habiller/déshabiller à l’extérieur de la tente sachant que nous dormions toujours entre 2000 et 3000 mètres…C’était LE moment parfois épique de la journée !  Bon, nous n’avons été surpris par aucun ours, par contre nous avons surpris plus d’un Isard, qui, notamment le soir, étaient presque nos compagnons de repas…